août 20

0 comments

#2 Courrier d’une lectrice : Pourquoi n’ai-je pas osé la séduire ?

Chère Louise,

Il y a des histoires et des rencontres qui nous hantent. Le souvenir d'une femme qui a traversé notre vie et, soudain, nous nous rendons compte qu'elle n'y est plus : "je ne sais pas quand je la reverrai".

Vous ne savez pas si vous auriez pu faire quelque chose. Si vous pouvez encore faire quelque chose... et vous vous dites :  "Pourquoi n'ai-je rien fait ?".

Vous accusez le coup, vous êtes envahie par la culpabilité et vous essayez d'imaginer, encore, tout ce que vous auriez pu faire pour que les choses se passent différemment : "Peut-être, aime-t-elle les hommes et les femmes ?... Je n'en sais rien. Je me dis que c'est possible".

Vous vous mettez à rêver d'une belle histoire qui aurait pu exister grâce à un "tu aimerais qu'on aille boire un verre ensemble ?", un pas en avant. Vous imaginez peut-être même que c'était "elle".

Ce que vous êtes en train de vivre ? Le regret. Et j'ai une histoire à vous raconter.

Un jour, j'ai rencontré une femme à qui je trouvais un charme fou. Elle était intéressée, attirée par moi (mais je ne le savais pas encore). Le problème ? J'étais si timide et bloquée par mon manque de confiance en moi que j'ai préféré fuir la situation et ne pas agir.

Ce n'est que des mois plus tard que je me suis rendue compte que je ne voulais pas laisser passer ma chance, et c'est à ce moment-là que j'ai décidé d'agir... mais il était trop tard : elle était passée à autre chose.

J'ai été envahie par le regret durant des années. A fantasmer une relation que j'aurai pu vivre si j'avais simplement accepté de relever le défi. 

Être obsédée à l'idée de savoir ce qui aurait pu se passer, comment ma vie aurait été différente, quelle belle histoire j'aurais pu vivre... c'est très difficile à vivre. Les regrets peuvent même vous empêcher de vous ouvrir à d'autres relations.

C'est là que j'ai décidé de ne plus jamais éprouver ce regret-là. De devenir maîtresse de mes relations et de mes rencontres.

Et j'ai fini par découvrir qu'il était moins douloureux de se prendre un "râteau", que de penser toute sa vie à une relation fantasmée.

Comment auriez-vous pu faire ? Que pouvez-vous faire encore ? Y a-t-il encore une chance de reprendre les choses en main ? Comment se servir du regret pour passer à l'action ?


Le regret : attention aux biais d'interprétation

Le regret, c'est cet état douloureux que l'on ressent quand on se rend compte que l'on a perdu quelque chose pour ne pas avoir fait, ou avoir fait, quelque chose.

C'est un sentiment extrêmement culpabilisant... alors que vous ne méritez pas de vous faire souffrir.

Oui, vous n'avez pas osé lui proposer d'aller boire un verre. Oui, peut-être que vous auriez pu réussir à garder contact avec elle, et la séduire. Mais ce n'est pas une certitude.

Cela veut dire que, même si vous lui aviez proposer quelque chose... cela ne signifie pas que vous auriez vécu une belle histoire. Du tout.

Cette femme aurait pu être strictement hétéro. Ou ne pas être intéressée. Ou être indisponible parce que, quelqu'un.e d'autre prenait à ce moment-là déjà de la place dans ses pensées.

Vous ne savez pas. Mais le regret crée un biais d'interprétation à cause d'un phénomène en particulier : le fantasme.


Le fantasme : imaginer une situation irréaliste pour combler le vide

Notre conscience a horreur du vide. Alors, lorsque vous n'avez pas réussi à faire quelque chose, que vous ignorez ce que cela aurait donné, vous cherchez à combler ce vide.

De préférence, avec une jolie histoire. Celle que vous auriez pu imaginer pour vous donner le courage de lui proposer un verre. Celle qui vous culpabilise aujourd'hui de ne pas avoir agi.

Notre cerveau est surprenant d'imagination.

Mais si cela est permis, c'est précisément parce que vous ne savez pas comment cela aurait pu se passer. Et qu'il est plus agréable de se dire que si vous aviez agi, vous auriez pu vivre une formidable histoire.

Alors que, peut-être, elle aurait simplement dit qu'elle n'était pas intéressée.

En réalité, c'est un autre message que vous cherchez à vous faire comprendre à travers votre regret... mais vous passez à côté de ce message.


L'énergie positive du regret : reprendre le contrôle de sa vie

Ce que vous cherchez réellement à vous dire, ce n'est pas que cette femme était faite pour vous, ou que vous auriez été vraiment très heureuse avec elle.

Ce que vous cherchez à vous dire, c'est en réalité que vous n'acceptez pas de passer à côté des opportunités offertes par les rencontres, et de ne pas oser proposer à des femmes de garder le contact pour essayer de vivre une belle histoire.

Vous le dites vous-même : vous vous en voulez.

Vous vous en voulez de ne pas réussir à être naturelle. Vous vous en voulez d'être timide, de ne pas avoir osé franchir le pas, et de passer à côté de votre vie amoureuse.

Si aujourd'hui, cet état est douloureux, en réalité, vous vous offrez aujourd'hui le pouvoir de reprendre le contrôle.

Vous avez VRAIMENT envie d'agir. De passer à l'action. Vous avez envie d'apprendre à aborder des femmes, aller à leur rencontre, créer une intimité avec elles, créer un lien jusqu'à vivre, peut-être, une belle histoire d'amour.


Enlever les freins à la rencontre : la méthode Kaizen

Dans la série de vidéos que j'ai dédiée à la timidité, vous avez peut-être vu quelques techniques qui vous permettront de surmonter votre timidité.

Mais je vais ajouter une méthode supplémentaire qui aurait pu vous aider à franchir le pas et à proposer à cette femme d'aller boire un verre : la méthode Kaïzen.

Louise, les freins que vous rencontrez actuellement sont liés à vos peurs. Parce que vous n'êtes pas habituée à être dans cette situation où vous proposez à un.e inconnu.e de se voir en dehors du travail.

Peur du rejet, peur de ne pas être assez intéressante, peur de mal s'y prendre... 

Vous devez apprendre à reconnaître les peurs qui vous envahissent, les situations difficiles pour vous. Vous pourrez alors appliquer la méthode que l'on appelle Kaïzen : faire les choses progressivement, et par pallier.

Vous avez peur d'aller parler à des inconnues ? Lancez-vous un petit objectif chaque semaine qui vous permettra de vous lancer. Doucement. Étape par étape.

Faites-vous un programme sur mesure, et tenez-vous-y. Par exemple :

  • Semaine 1 : Demander l'heure à un.e inconnu.e.
  • Semaine 2 : Demander l'heure à deux inconnu.e.s.
  • Semaine 3 : Demander un conseil d'achat à un.e vendeu.r.se
  • Semaine 4 : Complimenter votre patissi.er.ère préféré.e en allant acheter ses pâtisseries pour lui signifier qu'elles sont délicieuses
  • Semaine 5 : Dire bonjour à un.e collègue que vous croisez souvent, mais à qui vous ne parlez pas
  • Semaine 6 : Demander à un.e collègue comment s'est passé son week-end

Jusqu'à atteindre cet objectif que vous avez peut-être manqué de faire : discuter plus longuement avec elle, jusqu'à lui proposer d'aller boire un verre après le travail.

Vous fixer un objectif plus petit jusqu'à en viser un plus grand vous aidera à relativiser, et vous donnera envie d'agir plus rapidement.


L'inaction : le blocage numéro UN de la timidité

Parce que ce qui conduit une personne à être timide et à le rester, c'est de stagner dans le cercle de l'inaction.

Lorsque vous croisez une femme à qui vous souhaiteriez parler, ce qui vous conduit à rester dans votre timidité, c'est d'attendre une seconde d'inaction, deux secondes d'inaction, trois secondes d'inaction... jusqu'à vous conditionner dans l'inaction et ne pas agir.

C'est durant ce temps qu'émerge 100% de votre timidité.

La solution ? Agir le plus rapidement possible pour ne pas laisser le temps à votre esprit de s'habituer au confort de l'inaction.

Parce qu'agir n'est pas confortable. Cela demande de l'énergie.

  1. Avancer et faire un pas vers la personne
  2. L'interpeller
  3. Penser à ce que vous allez lui dire
  4. Sortir un son de votre bouche etc.

Tout cela vous coûte de l'énergie, particulièrement lorsque vous manquez de confiance en vous. Alors il est plus confortable de ne pas la dépenser. Sauf si...

Imaginez que vous sachiez à l'avance qu'en allant adresser la parole à une femme, elle acceptera de boire un verre avec vous. Que vous aurez la possibilité de passer du temps avec elle...

N'auriez-vous pas soudainement envie de dépenser cette énergie ? C'est parce que vous êtes en train de mesurer les bénéfices de ce coût.

Or, dans les rencontres humaines, tout est incertain : vous ne savez pas si cela va servir à quelque chose.

Et jusqu'à maintenant, vous avez peut-être imaginé que faire un pas vous coûtera plus d'énergie que ce que cela vous rapportera de bonheur.

Et c'est à cela que va vous servir l'expérience du regret, et tous ceux que vous pourriez vivre dans votre vie : vous rendre compte que l'énergie que vous allez dépenser à souffrir (de ne pas avoir agi), vous coûtera plus que de vérifier si quelque chose est possible entre une femme et vous.


Comment savoir si une femme est intéressée ?

Pour avoir quelques clés pour reconnaître les signes d'intérêt, vous pouvez bien évidemment jeter un œil à notre guide qui aborde ce sujet.

Mais les conseils que nous donnons dans le guide fonctionneront  si vous êtes en interaction avec une personne.

Bien sûr, la séduction passive vous permet d'avoir des indices sur l'intérêt qu'une femme vous porte. Mais le meilleur moyen de mesurer les signes d'intérêt, c'est de les provoquer grâce aux interactions que vous allez avoir avec une femme.

S'il existe une possibilité même infime qu'une femme soit attirée par une femme, si elle n'a pas dit clairement qu'elle était hétéro ou qu'elle n'est pas du tout attirée par les femmes, cela est suffisant pour agir et tester son intérêt.


Ce que vous pouvez faire maintenant

  1. Parler de cette expérience avec des personnes qui pourront vous écouter, pour que vous puissiez dire tout ce que vous avez sur le cœur et exprimer la douleur que vous ressentez.
  2. Éprouver de l'empathie pour vous. Ce qui vous a empêché d'agir peut être lié à votre histoire, votre vécu, les remarques que vous avez pu recevoir dans votre vie ou à un manque de confiance en vous. Ce n'est pas si simple de s'affranchir de notre expérience de vie. Mais il n'est pas trop tard pour changer le cours de votre histoire.
  3. Appliquer la méthode Kaïzen, car il existe la possibilité qu'un jour vous recroisiez cette femme... et cette fois, vous serez prête à affronter votre timidité.
  4. Si vous croisez de nouveau cette femme, le souvenir des regrets qui vous ont envahie vont vous pousser à aller l'aborder naturellement (voir dans notre guide "Séduire étape par étape" la leçon qui vous expliquera comment engager une conversation), jusqu'à pouvoir glisser dans la conversation un simple "ce serait sympa qu'on puisse continuer à discuter de tout ça autour d'un verre, je connais un bon café/salon de thé/bar dans le coin. Tu as un moment de libre dans la semaine ?".
  5. Vous fixer comme objectif de développer votre cercle social en parallèle de la séduction, pour apprendre à aborder des personnes que vous ne connaissez pas, discuter, créer un lien avec elles... Plus vous vivrez une situation, moins vous ressentirez la peur de la vivre. Et aborder une femme qui vous plaît sera beaucoup moins stressant pour vous que maintenant.

Louise, j'espère que ma réponse pourra vous aider à surmonter cette épreuve. Je vous souhaite de prendre soin de vous.

Amicalement,

Stéphanie



Tags

séduction, séduction active, séduction passive, surmonter sa timidité


​Pour ​séduire la femme qui vous plaît, il faut​ mettre toutes les chances de son côté.


Lisez notre guide gratuit pour franchir les obstacles : on vous montre le chemin, pas à pas.

​S'inscrire ici :

Vous aimerez peut-être aussi...

#2 Courrier d’une lectrice : Pourquoi n’ai-je pas osé la séduire ?

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Découvrez toutes nos formations gratuites

>