Découvrez le premier blog francophone 

dédié à la rencontre amoureuse entre femmes


Qu'est-ce que nous pouvons bien vous apporter

de plus qu'un jeu de mot qui claque ?

Autour de vous, vous constatez certainement qu'il existe peu de visibilité pour les femmes attirées par les femmes. Alors, évidemment, vous manquez de modèles. Vous manquez de réponses à toutes vos questions, sur tout ce qui concerne la manière de développer des rencontres amoureuses réciproques avec des femmes.

1/ Le Coming Out

Le coming out peut être une épreuve difficile à vivre pour certaines. J'ai moi-même eu une période de refoulement où, après le coming out, il n'était pas si évident de me lancer auprès des femmes.

J'ai moi-même été avec des femmes dont les parents n'acceptaient pas ma présence dans leur vie amoureuse. Ou avec des femmes qui ne s'assumaient pas dans leur orientation. Comment pourriez-vous faire dans ce cas ?


2/ Le Doute et le Questionnement

Le terrain de la séduction est majoritairement occupé par les hétéros, qui ont davantage d'expérience des rencontres amoureuses que vous. Même après le coming out, vous pouvez traverser une période de doute et de questionnement.

Par exemple, vous développez la fameuse peur que j'appelle "le syndrome de l'hétéro fictive", où chaque femme est une hétéro potentielle. Et il y a des questions que les hétéros ne se posent pas : Comment savoir si une femme est attirée par les femmes ? Comment s'y prendre ? Par où commencer ? Vais-je choquer si je cherche à la séduire ?


3/ Être une Minorité

Quand vous savez que la majorité de la population est hétéro, vous vous dites que vous avez les mêmes chances de rencontrer une femme attirée par les femmes qui vous plaît, que de gagner au loto.

Vous vous mettez à craquer pour des femmes inaccessibles (hétéros). Vous perdez confiance en nous. Vous parvenez à vous dire que c'est de notre faute. Vous vous mettez à chercher une formule magique pour convertir les hétéros.


4/ L'hétéronorme

Et quand vous commencez à faire des rencontres... la majorité du temps, le seul modèle que vous avez eu a été l'hétéronorme. Or, l'hétéronorme est bourré de sexisme, de contraintes, d'erreur d'interprétation sur la sexualité, le genre, à la fois des hommes, et des femmes, et qui ne correspondent pas à notre réalité queer.

Qui doit faire le premier pas ? Est-ce que c'est mal de faire l'amour au premier soir ? La relation fusionnelle est-elle vraiment anormale pour nous ? Est-ce que les signes d'intérêts qu'envoient les femmes à des hommes sont les mêmes qu'à des femmes LBQ ? Des questions qui ne peuvent pas trouver réponse auprès d'un modèle hétéronormé.


5/ Le sac à dos qui commence à peser lourd

Il y a un voyage intense à vivre dès le moment où vous ressentez votre attirance pour les femmes. Mais à force de marcher dans le désert, de manquer de ressources, votre sac à dos commence à peser lourd. Vous accumulez les difficultés.

Le pire ? Vous vous dites que c'est normal. Que c'est la vie. Que vous devez encaisser. Vous culpabilisez. Et vous avancez avec des peurs qui se renforcent. Des doutes qui subsistent. Des questions sans réponse.

C'est pourquoi nous avons créer Drague Queer : pour aider les femmes à sortir du placard et ne plus se contenter d'être attirée par les femmes.

La Petite Histoire de Drague Queer

Il y a eu une époque où, comme vous un jour peut-être, je n'aurais jamais ne serait-ce qu'imaginé être avec la femme qui partage aujourd'hui ma vie. Dans une relation qui correspond à ce que je considère être mon idéal amoureux. 


J'aurais été du genre à voir ma femme entrer dans une pièce, me mettre à fondre comme un glaçon au Sahara, me dire qu'elle est vraiment trop canon, bloquer sur elle, rêver un instant, puis me décourager d'avance « hun hun, oublie, elle n'est pas pour toi, et en plus, elle doit être hétéro ». Aujourd'hui, nous sommes fiancées.


J'ai refoulé mon homosexualité jusqu'à mes 17 ans. Et même lorsque j'ai franchi le cap du coming out, je n'osais pas séduire des femmesPire, je refusais de voir les signes de leur attirance. Peur de mal faire, de les choquer, de les repousser...


Cela m'a fait prendre beaucoup de retard par rapport à d'autres jeunes qui avaient eu la chance de vivre leurs premiers émois amoureux dès leurs premiers battements de cœur.


Personne ne m'avait dit comment ça marchait. Alors j'ai décidé d'apprendre. Au début je ressentais de la honte de devoir étudier quelque chose qui paraissait si naturel pour les autres. 


J'ai donc traîné des années dans la communauté de la séduction, principalement auprès des hommes. Des apprentis séducteurs qui éprouvaient la même attirance que moi pour les femmes. Sauf que moi j'étais une femme, lesbienne, timide, introvertie, maladroite. 


J'avais quand même décidé de tester et de me lancer. Qu'avais-je à perdre ?


Je me suis plantée, j'ai compris que les hétéros et moi, nous ne vivions pas tout à fait les même expériences, même si nous avions la même façon de frisonner pour une femme.


J'ai réessayé, j'ai adapté les conseils, j'ai pris des râteaux, j'ai appris, j'ai recommencé, jusqu'à vivre mes premiers baisers, mes premières relations sexuelles, amoureuses.


J'ai vécu des ruptures, des déceptions, des espoirs, et bien des bonheurs. Et surtout, j'ai appris à séduire.


Avant de rencontrer ma femme ? Je n'avais plus de difficulté à séduire. Je ne peux pas dire que je plaisais à toutes non. Mais aux femmes qui me plaisaient vraiment. Et c'est suffisant.


Et je pense que c'est parce que j’ai réussi à surmonter mes freins pour séduire que j'ai pu plaire à ma partenaire de vie. Fini la petite voix qui dit « ce n'est pas pour toi, en plus, elle est sûrement hétéro ». Aujourd'hui je suis heureuse.


Et c'est pourquoi j'ai voulu créer ce blog : je veux transmettre ce que j'ai appris durant ces dix ans d'apprentissage auprès des femmes, qui m'ont plus appris que des années à attendre mon tour. Et particulièrement à des femmes qui, comme moi, sont prêtes à tenter cette belle aventure qu'est la séduction.

Bonne drague queer !

- Stéphanie

La Team Drague Queer

Stéphanie

Fondatrice utopique


Si on lui avait dit à 17 ans qu'un jour, elle enchaînerait les relations jusqu'à trouver le grand amour, elle aurait promis de faire vœux d'abstinence juste pour la blague.


A la place, elle a créé le blog Drague Queer.


Elle est également diplômée en éducation spécialisée et travaille depuis 6 ans auprès de personnes en difficulté. Elle a accompagné des centaines de personnes pour les aider à prendre confiance en eux, trouver un job, un logement, faire face à une addiction... et puis de l'autre côté il y a l'amour et les femmes et elle s'est dit que ça vous intéresserait plus.


Son dada : la psychologie sociale, l'estime de soi, les relations humaines et les blagues pourries. Elle souhaite transmettre une de ses plus folles passions : les histoires amoureuses qui finissent bien.

Léna

Conseillère attentive


Emballée dès les premiers instants par le projet de Stéphanie, c'est tout naturellement que Léna s'est laissée enrôler dans l'aventure Drague Queer, auprès de sa partenaire de vie.


Soucieuse de transmettre à ses consœurs de la communauté queer, les quelques leçons tirées de sa propre expérience, c'est avec bienveillance que vous retrouverez sa plume dans certains articles du blog, et dans l'ombre, en guise de soutien, dans les différents e-books et formations de Drague Queer.


Léna est le soutien d'une amie, la force tranquille et la pierre angulaire sans qui le blog n'aurait probablement jamais vu le jour.






Vous ne savez pas par où commencer ?

Découvrez Les articles préférés de nos lectrices


Que voulez-vous apprendre ?

Comment savoir si une femme est attirée par vous ?

Il y a peut-être une femme qui attend votre feu vert pour mieux vous connaître... qu'attendez-vous pour l'inviter à boire un verre ?


Rencontrer une femme et réussir son rendez-vous

Partir de zéro, et rencontrer une femme jusqu'à l'emmener se promener sous les étoiles.



Rejoignez la communauté des

dragueuses queer !

>