octobre 2

2 comments

Comment avoir toujours de la conversation

Ce que vous faites n'est pas suffisant ?

Vous avez réussi à rencontrer une fille. Vous avez réussi à l'inviter à un rendez-vous. Ou à vous téléphoner pour faire connaissance.

Vous pourriez simplement vous féliciter en vous disant que vous avez réussi à arriver jusque là... mais non. Parce qu'il y a un stress qui continue de vous envahir.

Vous savez que ce n'est pas le début de quelque chose. Vous savez que tout va se jouer durant ce rendez-vous. Ou cet appel. Et c'est... cette rencontre avec cette fille.

Le rendez-vous se passe mais, vient le fameux blanc. Vous ne savez plus quoi dire. Vous paniquez.

Ou bien, vous avez donné votre numéro à une fille et elle vous a proposé de vous appeler. Dring dring, vous décrochez l'appel, votre cœur bat à cent à l'heure, votre voix prend une tournure bizarre, elle tremble ou bégaie, vous raccrochez... et vous vous sentez impuissante.

Oh oui, je connais ça. Le verdict tombe. La fille me dit : "C'est drôle, tu étais plus bavarde à l'écrit". Aïe, même elle l'a remarqué.

Je m'en voulais tellement. Je me disais "Pourtant, ce n'est pas si compliqué ! Comment font les autres ? ".

Ce que vous rencontrez ? Comme l'écrivaine rencontrerait le syndrome de la page blanche, vous rencontrez le blanc de la conversation.

Comment mener une conversation suffisamment intéressante pour la faire craquer ? Quoi dire ? Quel sujet ? Comment ?

Si vous arrivez devant ce fameux blanc de conversation, c'est en réalité que vous avez commis une erreur et pris le problème à l'envers.

Ce qui va vous permettre d'éviter le blanc, ce n'est pas d'avoir une liste de sujets préparés. Ni d'être à l'aise dans la conversation. Ce qui vous manque, c'est de savoir comment rebondir pour que la conversation ne se termine -presque- jamais.

Comme un comédien maitriserait l'art de l'improvisation, nous allons voir quelques méthodes qui vous permettront de rebondir à tous les coups (ou ce qu'on appelle en psychologie : la réciprocité sociale).


Pourquoi êtes-vous dans cet état ?


Il y a trois raisons principales à votre manque d'inspiration, en tout cas, celles que vous devriez retenir.

  1. Vous manquez de méthodes : vous ne savez ni comment on raconte une histoire, ni utiliser votre réciprocité sociale parce que vous êtes désarmée face à une fille.
  2. Vous pensez que vous n'êtes pas créative : vous êtes du genre à vouloir des conversations type pour vous rassurer parce que, vous vous sentez nulle, inintéressante, ou stupide. C'est aussi ce que l'on pourrait appeler le "syndrome de l'imposteur".
  3. Vous idolâtrez vos partenaires potentielles : vous faites tout reposer sur vos épaules et pensez que c'est à vous de l'impressionner
Heureusement, j'ai les remèdes qu'il vous faut 😉

Vous l'aurez peut-être compris, pour ne plus vous retrouver face au blanc, vous devrez donc :

  1. Acquérir de la méthode conversationnelle
  2. Développer votre créativité
  3. Changer votre regard sur les femmes qui vous attirent

Aujourd'hui, je vous parlerai seulement des modes de communication les plus fréquents pour savoir comment réagir et mieux vous adapter à vos interlocutrices. Le but ? Savoir devenir une vraie animatrice.


La conversation est un art qui s'apprend


Qu'on se le dise ou non, la conversation est un art qui, malgré les apparences, n'est pas maîtrisé de tou.te.s.

Bien sûr, certaines personnes seront confrontées très tôt à des situations sociales très variées qui leur permettront de s'adapter à toute épreuve.

Sauf que : toutes les personnes bavardes ou sociales ne donnent pas envie qu'on les écoute.

Il y a un fossé entre une personne qui parle, qui sait tenir une conversation, et une personne qui parle, et qui sait animer un sentiment de passion chez quelqu'un. 

De même, il y a un fossé entre une personne qui sait parler d'elle-même et raconter sa vie, et une personne qui sait parler d'elle-même en racontant une histoire captivante (ou storytelling).

C'est un peu comme à l'école, quand on rencontre un professeur que l'on adore et qui va nous donner envie de faire grimper notre note dans la matière, ou un professeur qui nous ennuie et qui va la faire chuter. Alors que c'est la même matière.

Il y a donc d'un côté les parleuses, et de l'autre les animatrices. Il y a d'un côté les descripteuses et de l'autre les conteuses.

Ce que vous devez rechercher pour séduire une femme, c'est d'être l'animatrice ET la conteuse.

Mais avant de jouer avec les mots, les doubles sens, les sous-entendus et animer la conversation comme une vraie cheffe d'orchestre, raconter une histoire comme une écrivaine de haut niveau, et finalement, donner envie à une fille de VOUS séduire, vous devrez acquérir quelques méthodologies.

Tout comédien s'entraîne d'abord grâce à des exercices, de l'entraînement, avant de savoir improviser sur scène. Et comme toute discipline, quand on débute au théâtre, ce n'est pas très bon au début : on s'améliore avec le temps et la pratique.

Mais les comédiens ont des professeurs qui savent reconnaître leur erreur, ce qu'ils pourraient améliorer, et comment faire mieux.

Alors voilà ce que vous ne devriez pas faire si vous voulez :
  • Apporter une vraie valeur à la conversation et donner envie à une femme de vous garder dans son cercle intime
  • Animer une conversation pour garder l'attention de votre interlocutrice
  • Montrez qui vous êtes de la manière la plus séduisante possible

Avoir de la conversation et savoir rebondir dans n'importe quelle situation


Comme je vous l'ai expliqué, ce n'est pas parce que l'on parle que l'on discute. Pas parce que l'on décrit que l'on raconte.

Pour vous aider à comprendre ce que vous devez apprendre à maîtriser dans la conversation, je vais vous décrire plusieurs types de parleuses, et vais vous expliquer comment faire pour devenir plutôt une animatrice.

Parce que vous devrez comprendre que si vous êtes arrivée jusqu'au moment du blanc... c'est que c'est déjà -presque- trop tard. Le meilleur moyen de l'éviter ? 

De pousser la conversation vers un haut niveau d'intérêt en apprenant à rebondir correctement.

Plus vous saurez rebondir, mieux vous saurez maintenir la conversation, animer un sentiment d'entrain chez votre interlocutrice, et finalement, éviter le fameux blanc qui met mal à l'aise.

Vous verrez que de manière générale, pour vous adapter et discutez avec vos interlocutrices, vous devrez d'abord comprendre leur mode de communication pour vous ajuster.


1) La bavarde extravertie


Celle qui va parler énormément et qui donnera l'impression de maitriser l'art de la conversation alors qu'elle maîtrise... l'art du monologue. Ou de l'exposition, de l'extraversion.

Son atout est sa spontanéité, le fait qu'elle parvienne à parler d'elle, à donner des détails intimes, à faire vivre ses propres émotions. Par contre...

Elle tourne fréquemment la conversation vers elle. Elle peut couper la parole et ne pose pas de questions à ses interlocutrices pour échanger. Elle prend de la place, est souvent imposante, et il peut être difficile pour une personne introvertie ou timide de s'imposer face à elle.

Ça vous dit quelque chose ? Je suis sûre que oui.

Comment échanger avec elle ? Difficilement. Mais il va falloir vous imposer. Elle peut paraître impressionnante, pourtant, elle n'est pas ce qu'elle paraît.

Moi qui suis de type introvertie, je ne compte plus le nombre de personnes extraverties ou très bavardes qui ont fini par me donner une place, lorsque j'ai décidé de ne pas me laisser envahir par elles.

C'est là que j'ai compris qu'elles ont une manière de communiquer particulière et non pas que c'est le signe qu'elles ont confiance en elle.

Il ne faut donc pas hésiter à la contredire si vous n'êtes pas d'accord, à la couper si nécessaire. Même si ce n'est pas votre habitude, c'est sa manière de communiquer, et elle ne vous en voudra pas.

Et c'est justement parce que vous n'avez pas la même manière de communiquer que ça vous paraît choquant.

Si vous ratez une ou deux tentatives, n'abandonnez pas. Elles n'ont pas l'habitude que des personnes leur renvoient leur comportement. Alors persistez jusqu'à trouver votre zone de confort avec elle. Répétez ce que vous avez essayé de dire si nécessaire.

C'est seulement à ce moment-là que l'échange sera vraiment possible. Sinon, vous resterez un défouloir ou un enregistreur vocal.


Si vous vous reconnaissez dans le type bavarde extravertie et que cela vous empêche de créer une intimité avec les autres, au point de créer de l'ennui, posez des questions en retour et laissez un espace de paroles. 

Par exemple, au lieu de :
- (Interlocutrice) Et donc ce week-end je suis allée dans un restaurant...
- (Bavarde) Ah oui ! Moi aussi je suis allée au restaurant ce week-end. C'était dans un restaurant indien, les saveurs étaient délicieuses, les plats préparés devant nous... j'y suis allée avec mon amie, tu sais, la fille dont je t'avais parlé la dernière fois quand... et puis aussi....
Etc.

Essayez :
- (Interlocutrice) Et donc ce week-end, je suis allée dans un restaurant...
- (Bavarde) Ah oui ! Moi aussi je suis allée au restaurant ce week-end, tu es allée où toi ?
- (Interlocutrice) Dans un restaurant indien en centre-ville.
- (Bavarde) Ça alors ! Moi aussi j'y suis allée avec une amie. Qu'est-ce que tu as aimé mangé là dedans ?
- (Interlocutrice) Ah et bien, j'ai bien aimé le mélange d'épices, j'ai pris un plat délicieux, il faudrait que j'apprenne à le faire à la maison...
Etc.

Les profils dont vous devriez vous inspirer ? La psy et l'inspectrice de police (que je vais expliquer).


2) La psy


Il y a celles qui vont vouloir participer, mais ne sauront pas comment apporter quelque chose à la conversation. Elles utiliseront souvent des phrases affirmatives comme :  "Ah d'accord" "Oui je vois", ou "Moi aussi", "Ah bon ?".

Elles ne veulent pas mal faire et, contrairement à la bavarde, elles ont une bonne capacité d'écoute. Mais pas activement.

Les bavardes extraverties les adorent. Les gens aiment se confier à elles. Parce que l'être humain adore parler de lui.

Mais elles se sentent invisibles, peu écoutées en retour. Et à défaut de s'imposer, elles vont encore plus affirmer la place de leur interlocutrice. Le risque, c'est de faire rapidement tomber l'intérêt de la conversation.

Comment parler avec elle ? En lui posant des questions, pour lui donner envie de dire quelque chose d'elle. En l'autorisant à dire son opinion, son expérience sur le sujet.

Si vous vous reconnaissez dans ce profil, vous pourriez vous améliorer en apportant votre histoire, vos anecdotes, votre curiosité.


Par exemple, plutôt que :
- (Interlocutrice) Je suis allée à un restaurant trop bon ce week-end !
- (La psy) Ah oui ?
- (Interlocutrice) Oui, j'y suis allée avec une amie, on a testé plein de plats différents.
- (La psy) Ah d'accord.

Vous pourriez faire :
-(Interlocutrice) Je suis allée à un restaurant trop bon ce week-end.
-(La psy améliorée) Qu'est-ce qui t'a le plus plu dans ce restaurant (curiosité) ?
- (Interlocutrice) Les saveurs, c'était un restaurant indien et les plats étaient pleins d'épices !
- (La psy améliorée) Ah oui je comprends mieux ! J'adore aussi la nourriture asiatique, si tu veux j'ai une recette de naan facile à faire à la maison/quand j'ai été en Asie il y avait des marchés qui étaient envahis de bonnes odeurs d'épice... (information/anecdote)

Ça apportera bien plus à votre interlocutrice qu'un point mis au bout d'une phrase.

Le type de profil dont vous devriez vous inspirer ? La bavarde extravertie et la scientifique.


3) L'inspectrice de police


Ce sont les femmes qui, à défaut de parler d'elles dans la conversation et de savoir quoi dire, vont tenter d'éviter les blancs à tout prix en posant question sur question. 

Mais pas n'importe quelle question : des questions d'ordre uniquement informatif.

Cela donne :
- (Interlocutrice) J'ai mangé dans un super restaurant ce week-end.
- (Inspectrice) Ah oui quel restaurant ?
- (Interlocutrice) Un restaurant indien en centre ville, c'était délicieux.
- (Inspectrice) Dans quelle rue en ville ?
- (Interlocutrice) La rue Trivoli, à côté de la cathédrale.
- (Inspectrice) Tu y es allée avec quelqu'un ?
- (Interlocutrice) Oui, avec mon amie.
Etc etc

La curiosité est là, mais elle n'est pas efficace. Vous voyez bien qu'il manque de l'échange : seule l'interlocutrice donne son intimité dans la conversation.

La curiosité devrait vous permettre de :
  • Comprendre le vécu de quelqu'un (et non pas prendre des informations factuelles dont on s'en fou)
  • Vous donner des éléments pour trouver une anecdote, une opinion, un sentiment personnel sur le sujet.
  • Avoir l'occasion de donner une information qui va enrichir l'expérience de votre interlocutrice ou un détail intime sur vous.

Ce qui donnerait :
-(Interlocutrice) Je suis allée dans un super restaurant ce week-end

Là, vous vous dites que vous connaissez un super buffet à volonté asiatique, ou bien un bon restaurant italien, mais, vous ne savez pas lequel est son truc. Alors vous demandez :

- (L'inspectrice améliorée) C'était quel genre de restaurant ?
- (L'interlocutrice) Un restaurant indien, les saveurs étaient délicieuses !
- (L'inspectrice améliorée) Ah tu aimes la cuisine asiatique ?
- (L'interlocutrice) Oui j'adore !
- (L'inspectrice améliorée) Alors tu devrais tester le restaurant Bahn Man, c'est un restaurant chinois avec buffet à volonté franchement je me régale à chaque fois !

Vous voyez, les questions ont servi à atteindre un but, et non pas simplement maintenir une conversation qui n'a, ni d'intérêt pour vous, ni pour votre interlocutrice.

Le profil dont vous devriez vous inspirer ? La bavarde et la scientifique.


4) La scientifique


Vous le savez, la tradition voulait que les 1ère S n'aimaient pas spécialement la littérature ou les langues, et les 1ère L, les maths ou encore la physique.

La scientifique rapporte des faits. Elle peut apporter des informations utiles mais, qui ne permettent pas de créer un lien intime avec quelqu'un. Alors que c'est uniquement par l'émotion ou l'échange de détails intimes que cela est possible.

Elle est vraiment curieuse, elle sait poser des questions qui vont servir à l'information. Mais elle ne sait pas comment apporter de la poésie à son langage. Comment raconter une histoire. Comment la faire vivre avec des émotions.

Cela donne :
- (Interlocutrice) J'ai mangé à un super restaurant ce week-end.
- (Scientifique) Quel restaurant ?
- (Interlocutrice) Un restaurant indien en centre ville.
- (Scientifique) Pourquoi tu as aimé ?
- (Interlocutrice) Parce que j'ai aimé le mélange de saveurs et d'épices !
- (Scientifique) Ah oui c'est normal, en Asie, la cuisine est vraiment basée sur les épices : curry, curcuma, piment, coriandre... d'ailleurs, en plat traditionnel en Asie, il y a...
Etc.

Cela peut être très intéressant, mais vous devez comprendre que les femmes qui parlent avec vous ne pourront pas se connecter émotionnellement si vous ne leur apportez pas... d'émotion.

Pour cela, rappelez-vous le conseil que j'ai donné à l'inspectrice de police : intégrer à la conversation une anecdote, une opinion, un sentiment personnel sur le sujet, qui va enrichir l'expérience de chacune.

Le profil dont vous devriez vous inspirer ? La bavarde et la psy.

Arrêtez de penser au blanc : pensez à l'échange !


Ce que vous devez retenir de cet article, c'est qu'avant même de penser à "quoi dire quand le blanc arrive"', vous devriez vous poser la question de "comment faire durer la conversation" pendant qu'elle est lancée.

Une simple information que vous donne votre interlocutrice vous permet de rebondir de beaucoup de façons différentes, grâce à :
  • Vos anecdotes
  • Votre curiosité
  • Votre écoute active
  • Votre histoire
  • Vos sentiments
  • Vos opinions

Bien sûr, votre capacité à rebondir va être enrichie grâce à vos expériences de vie, votre culture, et surtout, l'intérêt que vous portez réellement pour quelqu'un, bref, la manière dont vous allez développer votre créativité.

Mais ce sera le sujet d'un prochain article...

Tags

conversation, savoir quoi dire


​Pour ​séduire la femme qui vous plaît, il faut​ mettre toutes les chances de son côté.


Lisez notre guide gratuit pour franchir les obstacles : on vous montre le chemin, pas à pas.

​S'inscrire ici :

Vous aimerez peut-être aussi...

Comment avoir toujours de la conversation

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Découvrez toutes nos formations gratuites

    >